Jaime MANTIR - Fabrice KERVELLA

Les hommes de la terre

Page suivante

René BENOIT “Parolier”

Ils allaient par les chemins et les sentiers

Parfois chantant pour la terre la retourner

Et dans le creux du sillon y déposer

Les graines qui un jour vers le ciel vont s’élever

Ce sont là les hommes généreux de la Terre

Qui jamais ne laissent entrevoir leur caractère

Sachant depuis l’aube des temps qu’ils sont frères

Se moquant qu’ont dise d’eux qu’ils sont grégaires

Certes ce n’est sans doute pas très original

Quand sans relâche et sans refuser les attelages

Tirent sur le champ la charrue d’un autre âge

Dont les peintres aiment à en fixer les images

Jamais en terre aucun grain ne se morfond

Tant il aime rejoindre la douceur du sillon

Qui l’accueille comme une mère en son giron

À l’image des racines qui nourrissent le tronc

Au long des jours les hommes sur la terre se penchant

Méthodiquement de leurs houes effleurant

Sans rien dire travaillant du levant au couchant

Sachant que de leurs gestes ils ne seront perdants

C’est alors qu’arrive le jour de la récolte

Et que de villages en villages se colportent

Tous les merveilleux sourires qui vont en cohorte

Déposer le bonheur devant chacune des portes

Qu’importe alors disent-ils le jour du trépas

Autour de la table réunis pour le repas

Pour une fois ils chantent oubliant tous les pas

Faisant qu’au terme du jour ils puissent être las

Au soir de ces journées les accueillent leurs lits

Où enfin ils vont confier un instant de leur vie

Et leurs rêves sans trêve parcourir la nuit

Soyez sûrs que de l’existence ils n’aiment que celle-ci.

Page suivanteRené Benoit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *