Jaime MANTIR - Fabrice KERVELLA

Le chant du Morpho

Page suivante

René BENOIT “Parolier”

Ah ! Ce premier matin, qu’il fût beau,

Lorsque mes yeux se posent sur l’eau.

Je m’écriais alors : il me le faut,

Mon nouvel univers sera Kaw !

Du jour, il n’était qu’à son matin

Quand je compris qu’il serait mien.

Oubliés les douleurs du chemin,

Le marais attendait tel un écrin.

Il s’offrait dans la brume telle un voile

Pareil au chevalet attendant la toile,

Tandis que sur mes bras se dressent les poils,

Ajoutant à la brume ma part de soie.

Un mot, un seul me vint à l’esprit,

Je suis dans le berceau de la vie !

Moi, l’incroyant nommé parfois l’impie

Je m’agenouillais aux pieds de mes envies !

Et si c’était cela, la liberté

Celle dont je pris du temps pour la trouver ?

Sans doute ne l’auriez-vous jamais imaginé,

Ce jour je pris le baptême du marais !

C’est alors, que venu de nulle part,

Des musiques et des chants tels des fanfares

Me prièrent de prendre ma guitare,,

Le marais réclamant aussi sa part.

En aucun lieu, le jour fut si beau,

Me confia l’oiseau dit le Piauhau,

Perché à la cime du Gonfolo,

Me vantant les charmes bleus du morpho.

Morpho ! C’est toi qu’il me faut !

Tes frissons déjà courent sur ma peau.

Parmi les canots épousant les flots,

Je veux que le mien soit le morpho !

René BenoitPage suivante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *